PARTAGER

Un costume assiste à glorifier l’allure, à placer le corps de l’homme en valeur. Cela n’est intelligible que si la taille de la tenue convient précisément à vos rapports. Dans le monde du prêt-à-porter, ce qui différencie deux costumes de marques distinctes, c’est la silhouette. Chaque designer taille pour un client moyen distinct. Connaissant cela, vous avez intérêt à découvrir un label dont le idéal de base est le plus contigu de votre silhouette (mince, robuste, sportif, etc.).
Toutefois, pensez à adapter fréquemment vos marques, car une maison peut rénover ses standards de saison en saison. L’épaule est la clé de voûte du costume. Pour distinguer un costume, la carrure est le précepte capital. Cela se considère sur les épaules qui doivent être exactement ajustées. En effet, ce critère étant développé en détail un peu plus loin.
C’est un fait : les hommes qui épaulent des vestes trop larges sont légion. De votre côté, assurez-vous que les pans ne chutent pas plus bas que la paume des mains, ni plus bas que les fesses. Au niveau des manches, l’idéal est que la manche de la chemisette dépasse doucement de la veste (lorsque le bras est relâché le long du corps). A l’origine, le costume contemporain n’est pas la tenue du spécialiste en activité. Au contraire, c’est une tenue élégante informelle, pour acquérir ou voyager. En somme, c’est la tenue d’intérieur du gentleman au repos.
Dès la fin des années vingt, le costume devient l’apparence universelle de l’homme urbain. Il le porte au travail et le conserve en soirée, à moins qu’il n’ait l’éventualité d’empoigner un smoking, le comble de la grâce. Le costume taillé dans un seul morceau de tissu évolue la tenue parfaite.
A cette époque, la première norme qui permet de différencier un costume d’un autre est la couleur :

Noir : pour les cérémonies religieuses,
Gris anthracite : pour toutes les occasions, particulièrement les plus formelles,
Bleu marine : idem, mais un peu moins habillé,
Gris ardoise : pour le travail et les sorties, plus décontracté,
Vert olive : pour les tempéraments audacieux,
Marron : pour la campagne.
[Selon : Bonnegueule ]

Aujourd’hui, même s’il subsiste des environnements où ces codes survivent, ceux-ci se sont suffisamment désagrégés, et ne sont plus honorés que par des hommes conservateurs.
Un temps absente de la penderie masculine, les autres teintes ont été rétablies au goût du jour. Le blanc, le beige, ou le crème, sont des couleurs typiques pour un costume d’été.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here